16-02-2020: DERBY ASUB !!!

Aaaah les derbys. Le genre de match où il y a un petit degré en plus dans la salle. Où tu sais que le résultat influencera la convers’ au Pickwick. Où la mousse d’après match a cette petite bulle en plus en cas de victoire, et ce petit arrière-goût amer en cas de défaite.
En ce dimanche matin, du monde sur le pont, une fois l’entrée (de gauche) trouvée. La feuille est remplie, au moins de notre côté. Les yeux sont plus ou moins ouverts, les haleines plus ou moins fraîches. Début du match, le moteur est un peu froid. Match sans vrai rythme, premier quart équilibré. Sans hyper bien jouer, on reste dans le match.
Qui dit deuxième quart-temps, dit deuxième vitesse. On la passe, et le All-Star se demande toujours où on est. Défense bien en place, attaque assez patiente. On encaisse un petit point en dix minutes, l’écart est creusé. 15 points d’avance à la mi-temps.
En deuxième, le moteur ronronne et le Tennis ne sera pas vraiment inquiété. Rach’ dirige la défense, Marc est présent en dessous (et plus c’est compliqué, plus ça rentre), Costa revisite le bras roulé, au grand dam d’une Ritalie un peu dépassée. Tout roule, l’écart grimpe, le Tennis gère, et ouf qu’on est sympa, sinon ça tournait à la correction. Cruise control enclenché, victoire à l’arrivée, 56-36.
La mousse est plutôt pétillante

 

Comme j’ai encore un peu d’encre)
Soulignons le beau match réserves, avec une seconde feuille à dix noms (ce dimanche fera date). Après un début de match somme toute équilibré, le Tennis perd un peu de terrain. Malgré cela, un sursaut d’orgueil verra nos couleurs s’accrocher, et revenir quelque peu. Les adversaires exploitent néanmoins assez bien leurs opportunités. Sergio fait la grue dans son coin, Vince se rappelle pourquoi le basket du nord du pays ne lui convient que moyennement… Et à l’arrivée, malgré les encouragements de la classe – assez littéralement – biberon et une belle combativité, le Tennis doit s’incliner d’une dizaine de points.
On notera que la troisième mi-temps a été remportée sans trop de difficultés, à la mousse comme à la pizza.
Un bon moment au bar avec tout le monde, et un bon moment après au Brussels. Parce que l’ASUB, c’est ça aussi.
Bonne nuit tout le monde ?

5b860f0c-8a95-4c09-8f6a-8b3841d27495

 

Et puis Philippe en action !!

02-02-2020: Royal 66 vs. ASUB Tennis 73

Le Tennis sur le pont de très bonne heure ce matin, pour un match face à une équipe actuellement sur le podium du championnat. L’opposition s’annonçait corsée. Fort heureusement, les troupes sur le front sont présentes en nombre : dix joueurs sur la feuille. Après quelques rots et autres gargouillements d’estomac pendant l’échauffement, le match commence, sur un rythme pas hyper élevé. On n’a jamais su mettre beaucoup de rythme contre cette équipe par le passé. Spoiler alert : on n’y est pas vraiment parvenu aujourd’hui. MAIS après quelques fluctuations, et malgré la belle réussite adverse, le match est très équilibré. Le Royal est devant, mais ne creuse pas l’écart. On tente de faire travailler leur défense, le secteur intérieur se bat et prend des fautes, la balle ressort bien quand il faut, Alexis est chaud derrière la ligne, on s’accroche. La mi-temps est sifflée avec un petit retard.
Le deuxième acte est un travail de sape. Les pivots vont toujours chercher des fautes, et l’adversaire met un certain temps à se dire « Tiens, on devrait peut-être sortir sur leur distributeur. » Punition assez immédiate, Rach’ les arrose, tournée gratuite et pas forcément minérale. On enregistrera dix trois points au total, pour l’équipe, sur le match. L’adversaire fatigue mais l’écart ne passe jamais les cinq points, dans un sens ou dans l’autre. La défense individuelle (yep, un dimanche matin) du Tennis les use. Le Tennis passe devant. Mais comme on est joueurs, on leur donne quelques balles faciles. Les dernières minutes restent tendues et sont une question de gestion (yep, toujours dimanche). Et à ce petit jeu, le Tennis s’en sort bien. Petit écart, pas mal de lancers, adversaire fatigué puis réduit à quatre en toute fin de match. On tient bon, pour s’imposer 66-73 (je pense) : une fort belle victoire à l’usure, qui fait du bien au moral. On a été faire du bien à nos gosiers juste après.
Première mi-temps perdue, deuxième mi-temps gagnée, troisième mi-temps remportée sans opposition.
Le Tennis du dimanche matin a plutôt bonne gueule.

17-01-2020: RPC Anderlecht 62 vs. ASUB Tennis 54

Un match à deux visages. Le premier, en première mi-temps, est assez moche. Du genre de moche que tu veux pas ramener même sur un malentendu et qu’il fait sombre dans la soirée. L’esprit de la rencontre est fair play, mais les arbitres n’aident pas, des deux côtés (de l’avis de tous les joueurs), et ça met un peu de tension. La tension fait gambader les gens, et au jeu du gambadage, on est derrière contre une équipe d’Anderlecht jeune et physique. On n’a pas le contrôle de l’espace aérien non plus, avec des des rebonds-volley de l’adversaire, et ça donne pas mal de deuxièmes, voire troisièmes options à nos hôtes du soir.
Bref (ou pas), une quinzaine de points de déficit à la mi-temps.

Le second visage est plus avenant. Du genre farouche d’abord, pour ensuite donner le max. Le troisième quart-temps voit donc un Tennis déjà plus entreprenant, la première mi-temps (et un croissant) est digérée. Malgré les effectifs réduits de notre côté (à 7 dont un à la table), les échanges s’équilibrent.
Vient le quatrième quart, qui sonne la charge. Un (environ) 10-0 bien tassé, des mouvements incisifs, un Xavier tranchant de près et précis de loin sans les bières du jeudi, un Fred calmé qui lâche son flotteur patenté à 5 mètres, des pivots combatifs sous l’anneau. L’écart fond, le doute s’installe à Anderlecht. Ils peuvent néanmoins compter sur de solides individualités pour stopper l’hémorragie. On se bat jusqu’au bout, pour échouer à 62-54, mais avec la satisfaction d’avoir montré un bien meilleur visage en deuxième mi-temps.
Du bien moche au plus mordant, on retiendra l’ASUB de la deuxième mi-temps.

Dimanche 08/01/2017: BABABRU-ASUB 48-45

Le choc de cette journée a tenu toutes ses promesses : combat physique, âpre mais régulier, intensité maximale, suspens et dénouement final dans la dernière minute.

Cette nouvelle équipe a du répondant. Un jeu intérieur riche avec à la fois un pivot surpuissant (me suis cogné dessus avec mes 105 kg, il a pas bougé mais moi je tremble encore) et un autre très remuant. Et des ailiers virevoltants et rapide, très (enfin par rapport à nous en tout cas…).

Malgré l’absence de Rach (mais qui nous a bien manqué face à une telle équipe, surtout  dans la gestion de fin de match), nous avons fait jeu égal durant quasi toute la partie.

Le duo Costa/Dany se chargeait avec « tact » du molosse  tandis qu’Alexis, chaud comme la braise allumait le dancefl…sorry le parquet de l’Asub arena.

Coach Fred multipliait les changements et se chargeait lui-même de remettre le jeu dans le bon sens quand le besoin s’en faisait sentir.

Mais au final, le physique a payé et malgré une très belle résistance, on a du s’incliner d’un fifrelin.

Mais ce que nous retiendrons de ce dimanche, c’est le retour, SUR LE PARQUET, de Monsieuuuuuuuur Aleeeeeex Sandrooooooon, jeune retraité du basket (pas du pickwick). On espère tous la confirmation de ce retour au plus haut niveau…

 

J’aimerai également remercier Gelée, clubman par excellence, qui était bien présent durant le match mais n’a pas eu l’occasion de monter. Il a néanmoins  motiver les troupes avec enthousiasme. Tout comme François, qui arrive à se lever quand il  ne joue pas. Très belle prestation au chrono  de sa part.

 

Au complet, au retour, moi je dis qu’on va se les faire…

Vendredi 16/12/2016: ASUB Tennis-BNB 40-32 (reserve: 29-48)

Splendide et retentissante victoire contre le champion en titre.

C’était déjà il y a 15 jours mais qu’elle était belle cette victoire.

Car c’était pas gagné d’avance. Costa, François, Coach Fred, Laurent, entres autres manquaient à l’appel.

Alors certes, il manquait quelques joueurs du côté des banquiers mais ça les empêchaient pas de démarrer pied au plancher.

Le match était quasi plié après le 1er quart.

Et puis, mine de rien (la panne du tableau d’affichage a du bien aidé), on est revenu dans le parcours.

Nico a comme d’hab balancer ses shoots qui rentraient les uns après les autres sans que ce perturbe nos adversaires, sans doute trop confiant.

Comment on est arrivé à seulement  25-27 à la mi-temps, ça, personne ne sait l’expliquer.

A la mi-temps, le mot d’ordre était clair, on cadenasse tout.

Message reçu 5 sur 5. Le pack a fait le job, O point encaissé sur tout le quart !

Seul hic, 0 point marqué non plus……. !

Du jamais vu selon les arbitres.

Fin de match épique et au final, une victoire made in asub, avec les tripes, le cœur….

Les renforts de la réserve avaient visiblement tous piscine, on a donc assuré l’essentiel pour le match réserve, éviter le forfait.

Prochain match, ce dimanche 8 janvier at home contre la révélation de cette saison, la nouvelle équipe du Bababru, candidat déclaré au titre. Plus fort, plus rapide et plus jeune que la Banque national.

Mais même pas peur, enfin si on a une équipe….